📓 Moncton, NB – partie 1

On a quittĂ© notre Wwoofing Ă  Baddeck en direction Moncton. Au programme aujourd’hui : 420 kilomĂštres soit environ 4h20 de route. Nous sommes heureux de partir Ă  la dĂ©couverte d’une nouvelle province, surtout que nous allons y rester un mois. On part le coeur lĂ©ger en se disant juste qu’on aurait quand mĂȘme pu trouver une place pour le chien de notre wwoofer dans la voiture…

Notre plan de route de Baddeck Ă  Moncton

Le route et les paysages dĂ©filent. Le Nouveau Brunswick nous accueille avec un superbe coucher de soleil. « Hello, bonjour » comme dirait les locaux de cette province bilingue anglais/français !

On arrive dans notre Air B’n’B en savourant quelque chose qui nous paraissait tellement banal : le chauffage ! Une nouvelle phase de notre voyage commence.

Nous commençons les dĂ©marches pour trouver un travail. Notre expĂ©rience de QuĂ©bec nous a plutĂŽt mis en confiance et comme nous ne passerons qu’un mois ici nous voulons vite trouver quelque chose. On file donc imprimer nos C.V. au Service Canada et on part en quĂȘte d’un petit boulot dans les bars et restos que nous croisons.

On va vite comprendre que ce n’est plus la pĂ©riode et que la vie Ă  Moncton est bien moins rythmĂ©e qu’Ă  QuĂ©bec. Nos recherches de travail resteront infructueuses. Cette situation nous dĂ©motive un peu. On commence Ă  douter du projet que l’on a. Pourra t-on traverser ce si grand pays si nous ne travaillons pas ? Nos Ă©conomies fondent aussi vite que la neige dehors et les rentrĂ©es d’argent sont inexistantes.

Alors, on prend le temps de chercher des solutions. On n’est pas venu ici pour renoncer Ă  ce projet. On imagine plein de scĂ©narios puis aprĂšs rĂ©flexion on trouve une solution adaptĂ©e Ă  nos envie : le home sitting et nous dĂ©cidons de nous lancer Ă  fond lĂ  dessus.

On essuie tout d’abord 2 refus qui nous dĂ©motivent un peu mais on reprend confiance quand soudainement on trouve non pas 1, ni 2 mais bien 3 hĂŽtes qui souhaitent faire appel Ă  nos services. « La roue tourne a tournĂ© » comme dirait Franck. On connaĂźt alors notre prochaine destination. On se relaxe un peu et on profite de la vie Ă  Moncton.

On commence Ă  prendre nos marques dans cette nouvelle ville. On se lance Ă  fond dans notre nouvelle passion : le patin Ă  glace sur la patinoire publique de la ville : la patinoire Ian Fowler.

On part aussi Ă  la dĂ©couverte des environs : un petit tour Ă  ShĂ©diac pour dĂ©couvrir le plus gros homard du monde. On en rit mais on vit quand mĂȘme quelque chose de super cool en visitant ces petits villages qui ont toujours envie de se dĂ©marquer en battant des records (vous vous rappelez de notre visite de la plus grande statue de Paul Bunyan Ă  Bangor ?). La suite de la visite nous emmĂšne sur la plage de la pointe du chĂȘne : l’ocĂ©an gelĂ© et une plage enneigĂ©e juste pour nous. #LivingOurBestLives

On visite Ă©galement Hopewell Rocks. Un seul mot : MAGIQUE. On y passe vers midi et on dĂ©couvre une marĂ©e haute qui descend rapidement et nous permet de dĂ©couvrir Ă  chaque minute un chemin supplĂ©mentaire pour aller plus loin. La glace sur le rivage est teintĂ©e de marron (on vous expliquera cette histoire de riviĂšre chocolat un jour) qui trompe nos yeux et nous fait croire que nous marchons sur des rochers. On continue la route jusqu’au phare d’Anderson Hollow puis jusqu’au Cap EnragĂ©. Un dĂ©but de soleil couchant nous accompagne.

Profitons-en pour vite retourner Ă  Hopewell Rocks et admirer la marĂ©e changeante et le coucher de soleil. La vue, Ă  quelques heures d’Ă©cart, est si diffĂ©rente. Surprenante. Presque lunaire. On s’avance pour pouvoir enfin dĂ©couvrir le fameux rocher « pot de fleur » qui ressemble tout de mĂȘme beaucoup plus Ă  un Ă©lĂ©phant. Vous n’ĂȘtes pas d’accord ?

Le lendemain nous filons voir un match de Hockey au Centre Avenir pour encourager l’Ă©quipe local des WildCats de Moncton. Nous sommes toujours aussi surpris de cette ambiance dans les gradins. Nous qui sommes plutĂŽt habituĂ©s aux matchs de football on dĂ©couvre ici une ambiance familiale oĂč tu viens comme tu es, tu te lĂšves pour aller chercher Ă  manger ou Ă  boire quand tu en as envie, pas uniquement Ă  la mi-temps. On en profitera Ă©galement pour rappeler que le vendeur d’alcool Ă  demander Ă  Kelly sa carte d’identitĂ© pour acheter une biĂšre. « 15 ans que ça ne m’Ă©tait pas arrivĂ© ». Le match se terminera par une victoire Ă©crasante des locaux : 8-0. Go Cats Go !

Notre semaine s’achĂšve par un petit tour du parc Mapleton, un peu excentrĂ© du centre ville. Ici, les Ă©cureuils restent sauvages mais sont approchables assez facilement, surtout par la petite dame qui leur donne Ă  manger. On reste tout de mĂȘme sur un parc urbain. La patinoire doit ĂȘtre agrĂ©able quand les tempĂ©ratures sont un peu plus froides et que l’on peut patiner dessus…

On comprend que nos recherches de travail seront inutiles. Alors on l’accepte et on tente de profiter de nos « vacances » Ă  Moncton. On continue les sessions patinoires dans la ville. Notre niveau progresse petit Ă  petit. On copine mĂȘme avec des locaux qui tentent de nous montrer les rudiments pour les marches arriĂšres et les virages… On sent tout de suite que nous sommes les seuls Ă  ne pas ĂȘtre nĂ©s sur des patins ici.

Si le beau temps est avec nous, la neige quant Ă  elle n’est pas au rendez-vous. Alors on en profite pour faire des marches dans les parcs aux alentours. On file dans un parc pas trop loin de l’appartement : le parc d’Irishtown. On s’amuse Ă©galement Ă  prendre le temps de faire des choses qu’on n’aurait pas fait en France, comme des vidĂ©os, par exemple. Vous aviez dĂ©jĂ  vu celle lĂ  ?

On cherche un peu Ă  se faire des copains et Ă  rencontrer des expatriĂ©s comme nous dans la ville de Moncton, mais on sent que le coin est dĂ©sertĂ© par les PVTistes. « Moncton, la mal-aimĂ©e ». On dĂ©couvre entre nous les endroits Ă  la mode, comme le Tire Shake : un ancien garage transformĂ© en brewerie. Youpi de la biĂšre ! L’endroit est sympathique et les serveurs d’une gentillesse incroyable. A refaire.

Moncton Ă©tait une ville industrielle et qui est maintenant moins attrayante suite Ă  la dĂ©localisation de certaines activitĂ©s. Il y a quelques annĂ©es certaines rues Ă©taient vraiment « craignos » Ă  priori. Certains PVTistes des annĂ©e 2010 la compare Ă  Saint-Etienne. Kelly est un peu vexĂ©e par cette comparaison, parce que quand mĂȘme « SaintĂ©, c’est la plus belle ville du monde ». #StĂ©phanoise

La ville tente maintenant de rĂ©habiliter certains quartiers. Une des initiatives pour rendre le ville plus attrayante est le Festival Inspire, qui se dĂ©roule une semaine par an. Des artistes de street-art sont invitĂ©s Ă  laisser leur empreinte sur un mur. Ça amĂšne Ă©normĂ©ment de lumiĂšre et de couleurs Ă  la ville. On a trouvĂ© une carte des fresques de la ville et on a dĂ©cidĂ© de partir en chasse. C’Ă©tait vraiment un super moment. Jouez le jeu et tentez de ne pas regarder les images avant de partir en mode chasseurs de street-art. On vous garantit que vous allez adorer.

Nous voici donc Ă  la moitiĂ© de notre sĂ©jour Ă  Moncton. Il reste 2-3 choses sur notre liste Ă  faire, mais on commence quand mĂȘme clairement Ă  avoir fait le tour de la ville. Si on avait su qu’on ne trouverait pas de travail, on serait sĂ»rement rester que 2 semaines. Mais c’est tout de mĂȘme agrĂ©able d’avoir du temps pour soi, de ne pas culpabiliser de ne rien faire pendant une jour dans ce voyage qui se rĂ©sume un peu Ă  une course de longue haleine pour profiter le plus possible de ce pays dans un temps donnĂ©.

Kelly & Clément

5 commentaires

  1. J’aime beaucoup cet article plus personnel ! TrĂšs accrochant, on a pas envie de perdre une miette de vos pĂ©ripĂ©thies !! Contente que vous ayez trouvĂ© un plan B pour la suite de votre voyage. J’ai hĂąte de lire le prochain article 😀
    Profitez bien de vos derniers jours de vacances !!

    J'aime

    1. Je pense en effet qu’une dizaine de jours suffit pour visiter le coin si on ne bosse pas. AprĂšs on tente de faire 1-2 grosses activitĂ©s par semaine pas plus sinon ça va ĂȘtre compliquĂ© pendant encore 10 jours. On a Ă©tĂ© au parc de Fundy aujourd’hui justement. C’était top. AprĂšs c’est sympa d’avoir le temps de rien faire sans culpabiliser aussi. 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s