Autour de Gaspé : Que faire en road-trip ?

Dans notre dernier article, on vous avez laissé à Percé, en direction de notre prochain arrêt : la ville de Gaspé, la pointe est du Québec. Aujourd’hui, on va présenter quoi faire en road-trip autour de Gaspé.

L’histoire de la ville de Gaspé

Comme toujours : un peu d’histoire. Il existe plusieurs hypothèses sur l’origine du nom de la ville de Gaspé. La première et la plus répandue serait une origine locale amérindienne : Gaspé viendrait du mot micmaque « Gaspeg » qui signifie « bout de terre ». Une autre hypothèse serait qu’il soit une déformation du mot basque « Geizpe » qui signifie « lieu du refuge ». Le fait qu’il y ait deux hypothèses permet de mieux comprendre les différentes influences de la Gaspésie et du Canada au cours du temps.

Premières impressions

A notre arrivé à Gaspé, il ne fait pas vraiment beau et plutôt froid. Le vent ne nous a pas quitté depuis Percé. On pose rapidement nos affaires chez notre hôte qui sera absent pendant 2 jours. Nous avons une maison rien que pour nous pour quelques jours : quelle chance !

On part donc à la découverte de la ville. En arrivant par la route 132, la vue sur Gaspé n’est pas la plus belle. On découvre une partie plus citadine de la Gaspésie et on ne reconnaît plus trop le cliché qu’on avait en tête. Espérons tout de même que Gaspé va nous surprendre.

Parcourir les rues de Gaspé

On commence à visiter la ville accompagné par le coucher de soleil. Une jolie lumière pour découvrir les bâtiments et les attractions du coin. Comme toujours, on passe en hiver et tout n’est pas déneigé. Dommage ! On ne peut découvrir qu’une partie de la rive et de la croix de Gaspé (inspirée la croix érigée par l’équipage de Jacques Cartier lors du premier voyage d’exploration du golfe du Saint-Laurent).

On continue la visite des rues du centre ville de Gaspé et Kelly en profite pour découvrir les produits locaux aux « Marché des Saveurs Gaspésiennes » …. et y achète un shampoing solide et un pot de miel local. Oui, ici encore une fois, le local est mis à l’honneur et on apprécie.

Les activités à faire à Gaspé

Le Fat Bike

Le lendemain on tente une nouvelle activité : le Fat Bike. On aurait « adooooré » vous partager des photos de cette expérience mais … c’était horrible. Clairement, le Fat Bike n’est pas fait pour nous : on a galéré pendant 1h30 dans la neige à pédaler sans avancer, à s’enfoncer, à glisser …. Il semblerait même qu’une personne ait jeté son vélo d’énervement… (à votre avis lequel de nous deux ?). Aucune photo pour ne pas garder de souvenir d’un moment pas tellement agréable. C’est plus simple 🙂

L’après-midi on reçoit un message de notre futur hôte TrustedHouseSitters (pour garder les maisons et les animaux) de Perth (en Ontario) et c’est ici que les ennuis commencent. Coco le Virus a commencé son expansion en Europe et surtout en Italie. Notre hôte est contraint d’annuler son voyage et ne peut donc nous accueillir pour notre séjour… Il faut trouver une solution, rebondir …. Mais la nouvelle nous mine drôlement le moral et on a peur, très peur, pour la suite : est-ce que Coco nous forcera à annuler tous nos plans ? Que faire ? Comment gérer financièrement ce revirement de situation ? Une après-midi un peu gâchée, remplie de remises en question… Tout ira bien.

La pêche blanche

Le réveil, le lendemain matin, est compliqué moralement mais on s’accroche. Clément part découvrir la pêche blanche (l’activité qui lui avait tellement plu lors de notre passage à Caraquet). Cette fois-ci, il tente l’expérience depuis une cabine de pêcheur géré par un local. Dans la cabane : deux trous dans la glace, un poêle à bois et le matériel pour pêcher : tout est prêt. Clément parle de notre projet de voyage à travers le Canada au propriétaire au cours de la discussion. Ce dernier est curieux et est heureux d’offrir la séance de pêche à Clément : « un cadeau de la Gaspésie » dit-il. Alors : Merci la Gaspésie !

Le Parc national Forillon

L’après-midi on part pour une séance de raquette au Parc National Forillon. Après notre visite à l’Office de Tourisme on apprend que tout le parc n’est pas praticable à cette période de l’année, mais qu’on dispose quand même de plusieurs possibilités pour parcourir le parc en raquette. On choisit donc le parcours de 4km aller/retour pour découvrir le Parc.

La ballade est agréable, il fait bon, soleil et le paysage est magnifique. On observe même un peu de faune locale : des gélinottes huppées et des écureuils pas timide du tout. Magnifique !

Le Cap des Rosiers

Après une pause sandwich vite faire bien fait, on décide de continuer la route après la ballade et on file jusqu’au phare du Cap des Rosiers, le plus haut phare du Canada. Encore un record sur notre route, on va finir par faire un récapitulatif de tous les records qu’on a vu.

Peu de touristes, encore une fois, et une plage juste pour nous. On a du mal à imaginer ces paysages en été, imaginer une autre couleur que le blanc comme couleur dominante… Il fait froid, le vent souffle fort alors on abrège un peu la ballade. On reste quand même avec des belles images plein la tête.

Le cinéma de Gaspé

Le soir, c’est mardi, on file au cinéma de Gaspé (Le Cube). Si ici il n’y a qu’un film à l’affiche chaque semaine, on est surtout loin des prix affichés dans les autres villes qu’on a pu visiter : 20$ pour deux avec le pop-corn c’est plutôt pas mal (le pop-corn salé avec du beurre c’est toujours pas pour nous par contre…). On a donc pu voir « Birds of Prey » dans une salle tranquille avec une dizaine d’autres personnes. Plutôt cool.

Le Brise Bise

En sortant du cinéma, on file au restaurant « Brise Bise » dont tous les locaux nous ont parlé pour sa fameuse poutine aux crevettes. Pourquoi pas ? On en profite pour commander des bières de micro brasseries locales. Le bonheur se résume à peu de choses finalement.

Quand à la poutine ? Que dire …. c’est déroutant mais délicieux. Ça change totalement des autres poutines qu’on a pu goûter. L’accueil et le service était parfait. On recommande.

Le musée de la Gaspésie

Dernier jour complet à Gaspé, on file au musée de la Gaspésie. Si l’exposition temporaire sur le photographe Raymond Jacobs et l’exposition sur l’histoire de la Gaspésie nous plaisent, on reste surtout émerveillés par l’exposition « Le Grand large » sur les navires et leur histoire. L’activité avec le casque en réalité virtuelle (avec le film Gaspésienne no 20) est très bien faite et émerveillera tous les yeux. On vous laisse cliquer sur le lien pour découvrir un extrait vidéo disponible sur Youtube.

La boutique du musée est à l’image de la Gaspésie : que des produits issus de l’artisanat local. Et ça on aime beaucoup. Par contre, toujours aucune trace de jolies cartes postales. Sur les conseils de la personne à l’accueil du musée, on décide de tenter notre chance à la Poste …. qui nous conseille de voir à la pharmacie (oui, oui, ici les pharmacies sont entre la droguerie et la pharmacie. On y trouve un peu de tout … sauf des cartes postales de la Gaspésie). L’employé de la pharmacie nous conseille donc de filer à la Poste ou au Musée… Raté ! Cette course aux cartes postales nous aura quand même bien fait sourire. En clair, ne cherchez pas de cartes postales hors saison ….

La rencontre avec Dany, notre hôte Air BnB de Gaspé

On a presque oublié de vous parler de notre hôte Air B&B de Gaspé avec tout ça. Il faut dire qu’on ne l’a pas beaucoup vu pendant notre séjour. Pourtant, les moments passés avec Dany ont été très sympathiques. On a encore pu parler de beaucoup de choses et en apprendre plus sur la Gaspésie. Dany aime les voyages et les aventures qui le font sortir de sa zone de confort. Dany aime tout ce qu’on aime pendant notre aventure et c’est vraiment très agréable de partager avec quelqu’un qui pense comme nous. Après notre aventure avec Natalie à Bonaventure, on a encore beaucoup de chance ici à Gaspé avec Dany, qu’on espère pouvoir te recroiser un jour. Qui sait sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle peut-être ?

La suite de l’aventure

La lendemain nous partons en direction de Rimouski, où nous passerons une seule nuit. On a choisi, pour réduire un peu le trajet, de ne pas faire tout le tour de la route 132. On va donc couper par Murdochville, une ancienne ville minière où il n’y a plus grand chose à voir mais la route en elle-même en valait le détour. Nous traversons à présent la Haute-Gaspésie, qui porte très bien son nom. On est monté, monté, monté très très haut, après de longuuuues lignes droites, tout en haut, la vue sur le fleuve Saint-Laurent est magnifique. La descente nous accueille avec de la neige. On est transportés. Une ambiance particulière qui change de ce qu’on a pu voir sur la côte sud de la Gaspésie.

Arrivée à Sainte-Anne-de-Mont, nous longeons la côté du fleuve Saint Laurent. L’autre rive se rapproche parfois. On aperçoit la terre au loin, pour nous rappeler que non, ce n’est pas la mer mais bien un fleuve que nous voyons.

Nous finissons notre périple en Gaspésie à Sainte-Flavie, ville d’entrée (et donc de sortie) de la Gaspésie. Nous avons adorer ce périple. Ces 10 jours ont été dépaysants. Direction Rimouski maintenant.

Concernant Rimouski…. on ne pourra pas vraiment vous en parler. Nous avons visiter son Mc Donald lors de notre repas du soir et nous sommes reparti le lendemain après un rapide tour du centre ville, car nous devions filer à Québec.

Retour à Québec après 2 mois loin de la capitale Québécoise !


💬 Et vous : avez-vous déjà visiter la Gaspésie ?


📍 Article écrit (confinés) depuis Québec, QC

7 commentaires

  1. Ahhh mais c’est fou de ce dire qu’à ce moment là c’était juste le début des enmerd** a cause de ce coronamachin !!
    Au moins vous aurez bien profité de ces derniers jours de nature et liberté, les photos donnent vraiment envie ! Et on aurait tous aimé une petite story insta de Kelly sur le Fat Bike, dommage !

    Ps : J’ai envie d’une poutine maintenant !!

    Vivement le départ de Québec pour suivre la suite !!

    J'aime

  2. J’espère que vous aurez la chance de voir le fleuve St-Laurent en été, à la hauteur de Tadoussac ou encore plus au nord-est. Le fleuve y est si large qu’on n’y voit pas de l’autre côté… pur bonheur. Je prêche pour ma paroisse… 🙂

    J'aime

    1. On pensait être vers Calgary pour cet été, mais finalement on sera surement encore au Québec et on pourra donc profiter encore un peu du Québec sur une nouvelle saison… Je note tes recommandations sur mon énooooome to-do list. Tu habites où pour « prêcher pour ta paroisse » ? 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s