PVTistes au Canada : comment on organise notre road-trip?

Depuis presque 6 mois maintenant, on organise notre vie de PVTistes nomades avec toujours la volonté de découvrir le plus possible la vie locale. Pourtant, pour découvrir le plus possible tout en voyageant il faut beaucoup d’organisation. Nous qui sommes pourtant habituellement « à l’arrache » on a quand même dû faire quelques progrès. Alors comment organiser une vie de PVTistes nomades au Canada ? On vous présente toutes les ressources qu’on utilise pour vivre le plus intensément votre aventure.

Prendre la température dans les guides touristiques

On est de la vieille génération, celle qui préfère les livres au numérique, on l’avoue. On aime corner les pages pour garder des traces de ce qu’on a repéré comme idées de visites/routes. Les livres sont notre première source d’information. Souvent ils en contiennent beaucoup, parfois trop. Un tri est souvent nécessaire mais ils restent une base solide dans la recherche de parcours et proposent souvent de très bonnes informations culturelles.

Attention toutefois les guides touristiques donnent des informations généralistes et ne présentent pas de calendrier en temps réel des événements. Nous n’y trouverez pas nécessairement les activités sympas et inédites à faire lors de votre visite.

💡 Astuce : Pour vous aider à choisir les livres utiles pour une vie de PVTistes au Canada, on vous parle d’une sélection de livres qu’on a pu acheter et on vous donne notre avis dans l’article : Notre sélection de livres pour organiser son voyage au Canada

Lire les sites et blogs de voyage

Google peut être votre meilleur ou votre pire pire ennemi. En tapant 2 ou 3 mots clés sur Google on tombe sur une multitude de pages. La recherche « Road Trip Canada » ne compte pas moins de 398 millions de résultats. En ajoutant le terme « blog », il reste toujours 105 millions de résultats.

Autant dire qu’il y a de tout. Les informations ne sont d’ailleurs pas toujours de dernières fraîcheurs mais elles permettent souvent d’avoir des avis un peu moins professionnels qui peuvent être intéressant.

C’est donc une source à ne pas négliger mais il faut savoir axer sa recherche sur des sites ou blogs qui correspondent à votre projet et cibler les bons mots clés. Vous verrez ce sont souvent les mêmes sites « chouchous » qui reviennent.

Faire du repérage sur les réseaux sociaux

Instagram - @cabane.o.canada

Encore une superbe mine d’or. On est très présent sur Instagram et c’est une de nos sources principales d’inspiration pour le voyage. Grâce à un hashtag, une localisation, on découvre de jolies photos qui nous donnent envie de partir tout de suite sur la route.

💡 Astuce : Si vous enregistrez beaucoup d’épingles, on vous conseille de faire comme nous et de les classer de façon efficace. De notre côté, on a opté pour le classement par province parce qu’il est plus optimal pour nous mais tout dépend de votre projet de voyage.

Vous pouvez d’ailleurs suivre nos aventures sur Instagram et Facebook. Nous y partageons de bonnes adresses et des sites à visiter absolument.

Faire appel aux offices de tourisme

C’est une source qu’on connaît tous mais qu’on n’utilise pas forcément. Pourtant les offices de tourisme sont des professionnels ayant accès à des informations axées sur l’actualité de la ville.

On a commencé à contacter les offices de tourisme par e-mail depuis le mois de février pour préparer notre arrivée à Charlottetown. Nos e-mails sont simples : on explique notre projet de voyage et notre envie de découvrir la vie locale. On a toujours eu des retours et surtout plein de bons plans de la part de locaux qui sont ravis de nous parler de leur région.

C’est d’ailleurs l’office de tourisme de Charlottetown qui nous a parlé de l’atelier « pendentif en verre de plage » que nous avons réalisé. Comment aurait-on pu découvrir ça autrement ?

En utilisant ce biais pour notre voyage à Gaspé on a même pu rencontrer une employée de l’office de tourisme de Gaspé en chair et en os qui a été ravie de nous rencontrer et d’échanger avec nous. Un pur bonheur.

💡 Autre source : les sites internet des villes. Ils présentent bien souvent l’actualité des villes et on arrive à trouver des supers événements. C’est par exemple en visitant le site de la ville de Moncton qu’on a pu faire une séance découverte de curling organisée par le club de la ville.

Discuter avec les locaux

Oui, les locaux sont la plus belle source d’information et souvent ils sont bien ravis de nous aider dès qu’on parle un peu de notre aventure.

C’est une des raisons pour lesquelles, lors de notre séjour en Gaspésie, nous avons réservé des chambres chez l’habitant. Au-delà de l’aspect financier, on a surtout pu rencontrer des gens adorables prêts à nous aider à découvrir leurs belles régions.

Notre hôte de Caraquet nous a parlé des bons plans du Club Plein Air et connaissait très bien les activités proposées. Il était également ravis de pouvoir nous parler de la brasserie où il travaillait. Nous avons pu la visiter et avons pu déguster une partie des produits proposés.

Ouvrir les yeux !

C’est bête, mais c’est souvent en flânant et en ouvrant les yeux qu’on en découvre le plus. Lors de nos voyages on prend le temps de simplement se balader dans les villes et de découvrir par nous-même sans forcément avoir un parcours prévu. Ça permet parfois de faire de belles découvertes.

C’est par exemple en ouvrant un peu les yeux que nous avons aperçu depuis la baie la plateforme vitrée du GéoParc de Percé et qu’on a décider de monter pour admirer la vue de là-haut.

Dire « Oui! »

Je pense qu’on n’a jamais autant dit « Oui » que depuis qu’on est ici. C’est comme ça qu’on a fait de belles rencontres et qu’on a vécu de jolies aventures.

Dire « Oui » à ce bénévole qui présentait l’exposition sur le hockey à la BanQ à Montréal. Discuter avec lui pendant 30 min de la vie canadienne et en apprendre sur le hockey.

Dire « Oui » à Mathieu, le guide du musée de Bonaventure. Avoir un cours privé sur l’histoire de l’Acadie et du Canada pendant 1h30. Le musée a pris une autre dimension grâce à ça.

Dire « Oui » à Joanne, employée au musée de Moncton, quand elle nous a proposé son aide. Lui dire « Oui » quand elle nous a proposé un concert au musée quelques jours plus tard. Lui dire encore « Oui » quand elle nous a invité chez elle pour un repas acadien. Quelle chance nous avons !

Dire « Oui » à Jean-Philippe, notre hôte de Caraquet, pour prendre un verre avec lui et ses amis au bar de la brasserie et se moquer des clichés Franco-Canadiens, tous ensemble. Un moment simple dont on se rappellera toujours.

Dire « Oui » à un petit pêcheur de 8 ans de Caraquet quand il nous a demandé si on voulait aussi essayer de pêcher avec sa canne dans la glace. Parler, échanger, découvrir ….

Dire « Oui » à l’aventure en fait.


💬 Et vous : Comment organisez-vous vos voyages ?


📍 Article écrit (confinés) depuis Québec, QC

Un commentaire

  1. Ouiiii je valide à 100% tous vos conseils !! Surtout le dernier, j’adore !! Ne pas hésiter à dire Oui ! Même quand tu vis une vie un peu moins nomade c’est l’occasion de s’ouvrir aux habitants et de faire de belles rencontres 😀

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s